LES PIANISTES INVITÉS


Giuletta KOCH : Suisse
Née en 1989, Giulietta a joué à l'âge de treize ans en tant que soliste du Rundfunk-Sinfonieorchester au Konzerthaus de Berlin avec Michael Sanderling, puis avec de nombreux orchestres, notamment le Lviv Philharmonic de l'Etat d'Ukraine, le Philhamonic Jenaer, la Norddeutsche Philharmonie Rostock, les orchestres symphoniques de Bâle, Münster/Westf., et de Salvador da Bahia. Giulietta en 2008 a remporté un concert de lancement à la Tonhalle de Zürich avec Howard Griffiths, avec qui elle a par la suite enregistré Rhapsody in Blue de Gershwin avec l'Orchestre du Land de Brandebourg. Giulietta donne régulièrement des récitals et joue dans des festivals internationaux (Saint-Moritz, Gstaad, Bad Tegernsee). Elle joue la musique de chambre avec des musiciens comme Indira Koch, Wolfgang E. Schmidt, Ricardo Castro ou Sol Gabetta. En outre, elle a récemment fondé un trio avec Maria Stabrawa (violon) et Julian Arp (violoncelle). En 2008 elle a obtenu le premier prix de l'élève-pianiste la plus remarquable au Rahn Musikpreis.

Haruko NARA : USA
Pianiste, compositrice, percussions africaines

Haruko Nara est originaire du Japon. Elle a joué avec d'éminents musiciens tels que Frank Wess, Kenny Garrett, Billy Higgins, Billy Hart, Ben Riley, Nana Vasconselos, Wallace Roney. Haruko s'est produite sur de prestigieuses scènes du monde entier telles que le Lincoln Center, le Carnegie Hall, le musée Whitney, Suntory Hall (Tokyo), Bradley, Birdland, The Knitting Factory, et Musica Oggi (Milan). Ses tournées l'ont menée en Europe, en Asie et en Amérique latine.

Il y a peu, la Fondation du Japon, de concert avec différentes ambassades du Japon, a invité Haruko Nara à servir d'ambassadeur culturel.

Au cours des trois dernières années, elle a donné des concerts et des conférences dans des universités, des conservatoires et des théâtres nationaux à travers le Panama, El Salvador, la République dominicaine, Porto Rico, Trinidad & Tobago, le Honduras et Costa Rica.

Haruko a obtenu un diplôme de piano à la Manhattan School of Music. Après avoir obtenu un "bachelor" en musique, elle a étudié la composition classique à la Juilliard School. Plus tard, elle a obtenu un doctorat en éducation musicale à la Columbia University (Teachers College).

En 1999, Haruko a été nommée pro- fesseur à la Columbia University, où elle continue d'enseigner le piano.

Depuis 2005, Haruko a passé trois étés à Bamako (Mali) pour y étudier les per- cussions africaines et faire des études sur la musique ouest-africaine.

En concert, Haruko joue à la fois du piano et du djembé.

Guy-Marc VADELEUX : Martinique
Sans voix pour cette fois, à l'aide de mon clavier, il me prend l'intense envie de vous faire écouter quelques unes de mes compositions inédites et quelques reprises.

D'abord en apprentissage dès l'âge de 3 ans avec mon père Guy VADELEUX, puis avec mes professeurs en Martinique (Guy Rioual , Chico Jelhman, Ghislaine Bellance, Jean-Michel Raggioli) et enfin à ISA (Institut Supérieur de l'Art) à Cuba (professeurs Luisa Pulzàn et Eliva ), j'ai pu acquérir un certain savoir technique et théorique.

Agé de 25 ans, pianiste et chanteur martiniquais. «C'est à coeur (choeur) et à corps (accords) que je me livre.....

Je sais le chemin encore long, très long. Mais j'ai foi en l'avenir.

Et c'est avec humilité que vous dédie cette première oeuvre, en espérant qu'elle marquera le début d'un long partenariat entre vous et moi.»

Bibi LOUISON : Martinique
Adolescent dans les années soixante à Fort-de-France en Martinique, où il est né le 17 février 1946, Louis, dit Bibi, Louison est bercé par les orchestres de biguine du quartier. A l'instar de la plupart des autres îliens, son parcours est fait de voyages.

Commence alors pour lui un curieux parcours où s'entrecroisent biguine, musiques afro-cubaines, salsa et jazz.

Pianiste aux talents contrastés, il a joué en compag- nie d'Al Levitt, André Condouant, John Betsch, bien d'autres. Afin d'illustrer des programmes de télévi- sion, Bibi Louison travaille aussi avec Steve Lacy ainsi qu'avec l'incontournable Manu Dibango.

Coté salsa, Bibi Louison partage la scène avec des grands comme Patato Valdès, Jerry Gonzalez, Chocolate, Mauricio Smith, Alfredo de la Fe, Kako, Chapotin, Azuquita, Ernesto Tito Puentes, Yuri Bedoya. Il enregistre avec l'orchestre sénégalais Africando et, en 1994, monte son groupe, Salsa Rumbera, avec Diego Pelaez, Jean-Pierre Ismael,

Daniel Lagarde, Tito Puentes et Guillaume Naturel. Quelques-uns le suivront dans l'aven- ture de Matébis à la fin des années quatre-vingts-dix. Cultivant la tradition, il monte un quartet jazz-biguine avec Guillaume Naturel, Charles Barry et Jean-Claude Montredon. Dans le même temps, il accompagne des chanteurs comme Edith Lefel, Jocelyne Béroard ou Ralph Thamar. Et si malgré ses multiples activités, sa discographie reste succincte, c'est qu'il accord une priorité à la scène.


LES PIANISTES GUADELOUPÉENS

 

Sylvain RANSY
Il est né le 25 novembre 1981 aux Abymes (Guadeloupe) et c'est sous l'influence de son Père guitariste qu'il s'intéresse à la musique dès son plus jeune âge.

Vu l'intérêt qu'il porte à la musique et la facilité qu'il a à reproduire ce qu'il entend à l'aide du clavier de son père, ses parents décident de l'inscrire à des cours de piano à l'âge de 12 ans.

À 16 ans, il suit des cours de piano durant 2 ans, au centre des arts et de la culture de Pointe-À-Pitre. Il est très curieux, et c'est l'époque où il découvre le Pianiste Guadeloupéen Alain Jean-Marie.

C'est là qu'il commence à s'intéresser au jazz. Il veut en savoir plus sur cette musique mais ne sait pas vraiment vers qui se tourner. Alors il se plonge dans des disques d'Alain Jean-Marie, Michel Petrucciani et Mario Canonge.

En 2006, Il s'installe au Canada pour étudier le jazz à l'Université de Sherbrooke. Très vite il devient un pianiste très sollicité à Sherbrooke dans le milieu du jazz.

A son récital de fin de bac, il obtient des résultats qui battent des records et reçoit par la suite une bourse qui lui donne droit à une semaine de master class avec le grand pianiste Jazz Oliver Jones.

Jonathan JURION
Né le 9 mars 1985 à Ivry-sur-Seine, Jonathan débute le piano en autodidacte à l'âge de 11 ans. A la fin de sa première année de collège, son père est convoqué par son professeur de musique : "Il aime la musique, le piano surtout..." Il co mence donc avec Roger Desplan à Pointe-Noire, puis déménage et s'inscrit à l'école Armand Siobud où il prend des cours avec Fabienne Deveault une fois par semaine. La rencontre avec le jazz se fait l'année d'après avec le mari de Fabienne... Normand Deveault, excellent pianiste canadien.

Après son bac Jonathan reste en Guadeloupe un an et rencontre bon nombre de musiciens et participe à divers projets : TRIO (Arnaud Dolmen, Francis Fautrai), Christian Laviso (Concert au Centre des Arts de Pointe-à-Pitre avec en invité Kenny Garrett, Artefac...

Riches de ces expériences Jonathan fait ses valises pour Paris et s'inscrit au CMDL (Centre des Musiques Didier Lockwood). De nombreuses rencontres, collaborations, de projets auquels ont peut citer quelques références : ZETLIYO, CARAIB TO JAZZ, FLOJO PROJECT, Flora PURIM, Airto Moreira, Andy Narell.

Jean Max MIRVAL
Jean-Max Mirval est né en Guadeloupe en1970. Très tôt, son environnement familial lui permet de baigner dans la musique.

Il entame alors un cursus normal d'apprentissage : il s'essaie au piano et aux claviers pour lesquels il acquiert très vite une véritable technicité.

Considérant depuis toujours la musique plus comme une passion que comme un métier, il change de vision alors que se succédaient les bœufs entre amis à l'Université. Il décide alors de vivre de son art.

Depuis son premier studio en 1990 avec le groupe FRETLESS, et sa première prestation à un concours de groupe la même année au Wallis (café-concert de Guadeloupe de l'époque) qu'il remporte, il se produit sur de nombreuses scènes locales (l'Artchipel, le Centre des Arts, LAKASA, le Centre Culturel Sonis), régionales, et nationales.

Mylène ALÈXIS-GAREL
Originaire de Pointe-à-Pitre, Mylène Alexis-Garel est initiée très jeune à la musique, par son père, pianiste et compositeur de jazz. Elle reçoit ensuite sa première formation classique de Jenny Albanèse-Grand en Guadeloupe, avant de la poursuivre à l'Ecole Normale de Musique de Paris dans les classes d'enseignement supérieur du piano d'Antonio Ruiz-Pipo, d'André Gorog et de Marc Poujol, concertistes de renom.

Elle se perfectionne en parallèle sous la direction du compositeur et chef d'orchestre Hacène Larbi, qui lui apporte une vision plus orchestrale de l'art de jouer du piano, abordant ainsi une nouvelle lecture des œuvres du grand répertoire. C'est le début d'une longue collaboration artistique qui la propulse et l'encourage.

Lauréate de plusieurs concours nationaux de musique, Mylène Alexis-Garel est entre autres, Premier Prix de piano, mention Très bien de l'Union des Concours de piano de Régions Parisiennes (DEM), Première Médaille (Supérieur) de piano du prestigieux Concours National de Piano de Saint-Nom-La Bretèche, diplômée d'Enseignement du piano. Elle obtient également diverses récompenses en formation musicale générale, (Première Médaille du Concours Bellan), et les félicitations du Jury pour le Diplôme d'Etudes Approfondies obtenu à l'Unanimité en Sorbonne sous la direction des Professeurs émérites Manfred Kelkel et Pierre Guillot.

Elle reçoit par ailleurs tout au long de cet apprentissage les encouragements des pianistes Alicia De La Rocha, Miguel Angel Estrella, Jérôme Granjon, Christophe Grasser, Alain Jean-Marie..., du composi- teur Roger Tessier, de la comédienne Jenny Alpha, des écrivains Daniel Maximin, Jean Anglade, du philosophe Jacky Dahomay...et du Conseil Régional de la Guadeloupe qui la soutiendra vive- ment à ses débuts.

Mylène Alexis-Garel se produit maintenant depuis plusieurs années en récital et en musique de chambre en France métropolitaine, aux Antilles et aux Etats-Unis. Ces opportunités internationales lui apportent une grande maturité. Elle est invitée à don- ner des concerts à Dallas (Texas) en tant que soliste.

Vous aimez