Pour ne pas perdre le contact avec le public, ni la dynamique enclenchée par le festival Première Rencontre Autour Du Piano depuis douze ans maintenant, l’association Gwadloup Groove lance le concept original et « made in Guadeloupe » du Piano à Bretelles. Comme l’explique son président, Steve Nuissier, ce substitut économique du piano, représente également ici la solution de remplacement temporaire du festival, durant les années compliquées que nous venons de vivre en raison des problèmes sanitaires. C’est la DAC Guadeloupe – et donc le Ministère de la Culture – qui a permis la réalisation du Piano à Bretelles, grâce à un financement dédié. Gwadloup Groove s’est alors tournée vers les structures Antilles Média en Guadeloupe et Jazz And People à Paris, pour réaliser ces portraits de pianistes qui ont marqué le festival ces dernières années. À Paris, c’est Vincent Bessières, partenaire de longue date du festival – il avait fait venir le concept At Barloyd’s en 2019 – qui en a assuré la réalisation. En Guadeloupe, des prestataires locaux ont par ailleurs été mis à contribution, comme Agnès Djafri (visuel), Mickael Benjamin (son), Passerel Prod (images d’archives), afin de renforcer le réseau et la coopération autour du festival. Au long de ces portraits, on retrouvera ainsi des entretiens, des extraits de concerts ainsi qu’un volet pédagogique, car la transmission reste un objectif fort pour l’association. Le premier de cette série de portraits sera celui du pianiste Franck Amsallem et sera publié ce mardi 15 mars 2022 sur les réseaux sociaux, le site du festival et celui d’Antilles Media.

Franck Amsallem nait en Algérie avant de venir s’installer à Nice avec sa famille. Il s’en suivra un parcours musical en méandres. D’abord le piano en famille, puis le Conservatoire de Nice où, considéré trop vieux pour le piano, il s’inscrira en saxophone classique et y obtiendra vite un premier prix. Mais le piano reste son premier amour. Au fil de rencontres prestigieuses, il travaille beaucoup à Monte Carlo. Puis ce sera le Berklee College de Boston en 1981, où il est séduit par le Big band d’Herb Pomeroy avec qui il apprend le métier de l’écriture et du grand orchestre. Il y reste trois ans, remporte plusieurs Awards… et décide de s’installer définitivement aux Etats-Unis. Il monte dans la foulée à New York et reprend à la Manhattan School of Music, ses études de composition et de piano classique avec Phil Kawin. C’est cet énorme bagage qu’il transporte avec lui depuis plusieurs années à travers le monde.