Les axes de la 6ème édition :

Pour cette 6e édition, nous avons voulu mettre à l’honneur des artistes établis dans l’hexagone dont les talents et les valeurs ont besoin d’être vus et reconnus. C’est le cas de Harold Abraham, de Christine Barreau-Boa, et de Gilles Voyer de la Martinique. Ils seront entourés de pianistes que l’on ne présente plus,  sur les scènes locales (Jean-Michel Lesdel) nationales et internationales (Mario Canonge, Antoine Hervé, et Emmanuel Djob). Le coup de cœur va au guitariste guadeloupéen, Jean-Claude Gaspaldy.

Le but de cette 6e édition est d’ouvrir véritablement le piano au tout-public. Il ne s’agit pas d’une manifestation  réservée à une élite fermée car cet instrument trouve sa place dans toutes les musiques populaires (zouk, jazz moderne, musiques latines, jazz caribéen).

La soirée du 30 juin avec Mario Canonge et Ralph Thamar donne  le ton à cette édition qui se place sous le signe du partage !

 

Il s’agit aussi de Christine Barreau-Boa cette artiste originaire de Saint-Claude qui marie les mots et les notes en compagnie d’une conteuse dans un duo inédit.
Il s’agit encore de Gilles Voyer de la Martinique. Ce musicien arrangeur sideman qui a travaillé avec le gratin des artistes antillais pour ne citer que Jocelyne Beroard et Jean-Philippe Marthely, rendra hommage à Patrick Saint-Eloi et Edith Lefel, deux autres stars avec qui il a collaboré.
Ils seront entourés de pianistes que l’on ne présente plus sur la scène locale comme Jean-Michel Lesdel, sur le plan national voire international, Mario Canonge, Antoine Hervé, ancien directeur de l’orchestre National de Jazz et Emmanuel PI Djob, musicien qui affectionne particulièrement le piano et notamment le Fender Rhodes, la guitare et le chant.
A ce sujet, quand on enseigne aux élèves la liste des instruments spécifiques au blues, on cite le Rhodes ou le Fender Rhodes (voir l’affiche de cette édition). C’est un piano électrique créé pour pallier le poids et l’encombrement d’un véritable piano. Utilisés par les plus grands tels Chick Corea, Miles Davis, Les Rolling Stones, Ray Charles dans le titre « What'd I SAY », on retrouve sa sonorité unique dans de nombreux morceaux dans les années 1970. Très récemment encore, quand un artiste venait de l’étranger et exigeait cet instrument, ce fût le cas de Marcus Miller, au centre des Arts et la Culture de Pointe-à-Pitre il fallait en louer un en Martinique car la Guadeloupe n’en possédait aucun en état de marche. D’ou l’intérêt de se procurer cet instrument si convoité. Depuis novembre 2013, c’est chose faite l’association Gwadloup Groove en a fait l’acquisition auprès d’un spécialiste de ce type d’instrument basé à Montpellier.
Cette année notre Coup de coeur ira à Jean-Claude Gaspaldy pour sa musique et particulièrement pour son apport à la musique et au patrimoine de la Guadeloupe à travers ses deux ouvrages pédagogiques de partitions reprenant les standards de la musique créole.

  • Les objectifs pédagogiques :

Les masters class : deux valeurs sûres Antoine Hervé : La revue Citizen Jazz disait de lui : « Bien sûr, c’est un des plus grands pianistes du moment. Mails il joue du « pédagogue », cet instrument pas si courant, sinon rare qui permet le miracle entre un art ou une science et le public. Antoine Hervé édite lui-même sous forme de DVD, ses leçons de jazz, « magistrales et passionnantes de la première à la dernière image ». Ce musicien rencontrera un vif succès auprès des écoles de musique de la Guadeloupe. Le rendez vous est pris avec celles du Lamentin, de Petit-Bourg, de la Clé des ARTS mais aussi de la section spécialisée du lycée Carnot à Pointe-à-Pitre. Emmanuel Pi Djob : Il a animé des stages de gospel et de chant choral à travers la France, l’Espagne, la Polynésie. Le travail qu’il a fait en tant que chef de choeur au sein notamment du Black and white gospel à Montpellier lui confère aujourd’hui une notoriété incontestable en matière d’apprentissage. Deux stages auront lieu au centre culturel Gérard Lockel à Baie-Mahault et sont ouverts aux chorales et aux particuliers. Il rencontrera les classes à Cham.

  • La découverte de talents :

«Un piano dans la ville» est le titre de cette action qui sera menée le samedi 31 mai au coeur de la ville de Pointe à Pitre. L’association en partenariat avec le service culturel de la ville et des écoles de musique notamment l’institut Chopin de Grégory Beer, a choisi d’aller vers la population en installant un piano dans une rue passante, la rue piétonne ou la rue Frébault.

  • Une journée consacrée aux écoles de musique et à la famille :

Le dimanche 1 juin au Jardin d’Eau, l’association se propose de recevoir dès 10h du matin les écoles de musique, les parents, les familles, les élèves pianistes dans un cadre naturel, parfait pour écouter le jazz de Mario Canonge. Cette formule est une occasion pour toute la famille de se retrouver en musique. Pour ce faire l’entrée sera gratuite.

  • L’initiation à la scène :

Comme chaque année, et ce depuis la première édition, nous invitons les élèves des écoles de musique qui le souhaitent à se produire en ouverture des concerts comme nous l’avons fait avec l’Art pour l’Art à Pointe-à-Pitre, l’institut Naigre à Sainte-Rose et d’autres élèves en candidature spontanée (voir photos).

  • La formation :

L’association Gwadloup Groove et l’association «les Reporters du WEB» mettent en place une formation sur le reportage de proximité du 15 Avril au 15 juin lors de cette 6e édition. Le public choisi dans les communes entre 5 et 10 personnes, va se familiariser à la préparation d’un entretien, la manipulation d’une caméra numérique, la prise de son, l’élaboration d’un questionnaire et la recherche d’informations sur le site web. http://www.lesreportersduweb.com

Vous aimez