LES PIANISTES INVITÉS

Clément Griffault : France.
Né en 1985, il débute le piano dans le Lot ; il entre au CNR de Toulouse où il obtient trois premiers prix (piano, musique de chambre, formation musicale). Un an après il entre premier nommé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon.

Parallèlement à la musique classique, il travaille depuis toujours les musiques improvisées et partage la scène avec des partenaires et maîtres tel que Paul Lay, Mathieu Verlot, Pierre Costes.

Paul Lay : France.
Paul Lay est à la fois compositeur et improvisateur au sens large ! Il nous fait découvrir avec sa musique un vrai monde intérieur... Des sonorités qui lui sont propres, un jeu d'une créativité surprenante avec tout le potentiel pour faire chavirer un public !

Après des études au conservatoire de Toulouse, il entre au CNSM de Paris au sein du département jazz et musiques improvisées et travaille notamment avec Hervé Sellin, François Théberge, Glenn Ferris.

Il est lauréat de plusieurs concours internationaux dont :

  • - Le concours international piano jazz de Moscou en 2005 (3e prix)
  • - Le concours piano jazz Martial Solal en2006 (5e prix)
  • - Le concours international de Montreux 2007 (finaliste)

Il se produit dans différentes formations en France, en Europe, à l'IAJE de New York et effectue une tournée solo en Russie en 2008. Il vient de remporter le premier prix soliste du Concours de Jazz de la Défense le 30 juin 2008 au sein de son trio «into the lines».


David Fackeure : France.
Né en France en 1972.

Une mère à la fibre musicienne, italienne. Un père saxophoniste et chef d'un orchestre de variétés réputé dans le Nord. Elevé dans le sérail, en somme.

Entrée dans la musique vers dix, onze ans. Apprentissage du solfège un an et demi durant, sans grande conviction. Puis trois années de piano chez un professeur (Raymond Acquart) qui avait le don infiniment précieux de savoir transmettre sa passion de la musique. David fait alors du piano-bar tous les week-ends.

En 1988, son chemin croise celui du guitariste Théophile Renia. Il intègre sa forma- tion "Tropic Island". David Gore, batteur d'origine antillaise (Franky Vincent, Johnny Hallyday "Stade de France 98"...) rejoint à son tour "Tropic Island". Au programme, Biguine, Mazurka, Reggae...On s'échange des disques.

Et c'est le grand choc, le coup de foudre quand David Fackeure découvre Alain Jean-Marie avec son "Biguine Reflections".

En 1998, sa rencontre avec Bernard Maury sera déterminante.David intègre son école (La Bill Evans Academy) pendant près de six mois où il étudiera l'harmonie.

David Fackeure, n'a jamais vécu aux Antilles, et n'a pas d'ascendance antillaise. Et pourtant, comme aucun autre pianiste métropolitain, il sait déployer avec une sincérité saisissante le swing viscéral de la biguine, tout en avance et en retard sur le temps, en décalages subtils entre les deux mains, de même qu'il maîtrise merveilleusement la palette chamarrée des ressources mélodiques, har- moniques et rythmiques propres à cette école grandissante du Jazz Biguine, dont la genèse

remonte à l'arrivée du bop en France et à son adoption par de grands compositeurs- interprètes guadeloupéens comme Albert Lirvat ou Robert Mavounzy.

Gilles Rosine : Martinique.
Gilles Rosine est né en Martinique en 1968. Issu d'une famille de musiciens dont le plus connu fut Paulo Rosine, pianiste et leader du groupe Malavoi. Il commence très jeune à s'initier au piano à l'âge de 8 ans. Ensuite il quitte la Martinique pour des études de musique classique à l'école normale de Paris, puis de musicologie à l'université de Sorbonne Paris IV.

Pendant ses années d'études il accompagne Dédé Saint Prix et la Mafia de Jean-Michel Cabrimol dans des tournées nationales et internationales.

Son séjour à Paris et ses nombreux "bœufs" dans les pianos-bars parisiens lui ont permis de cotoyer des grandes figures du Jazz caribéen et français.

En 1994, il enseigne le piano et forme avec Eric Vincenot et Fabrice Thoumson un trio de jazz caribéen avec lequel ils se produiront au festival "biguine jazz" du Petit Opportun, un piano bar Cave, ce qui lui permettra de faire des rencontres inoubliables avec Mario Canonge, Alain Jean-Marie, Dominique Bérose.

En 1995, il rentre en Martinique et commence à se faire connaître en jouant du jazz avec José Zébina, Jean-Marc Albicy et Alex Bernard au St James.

 


LES PIANISTES GUADELOUPÉENS

 

Jean-Michel Lesdel : Le Lamentin
Fait ses études musicales au Conservatoire National de la Région d'Orléans, où il obtient en 1992, un premier prix d'orgue dans la classe de François-Henry Houbart (Organiste titulaire des grand orgues de la Madeleine à Paris).

Parallèlement à l'orgue, il suit des cours de musique de chambre en tant que claveni- ciste dans la classe du flûtiste de renom, Pierre-Alain Biguet, d'écriture et de direc- tion d'orchestre avec Jean-Marc Cochereau.

Organiste suppléant à la Basilique Saint-Clothilde, à la Madeleine à Paris, Jean- Michel Lesdel a travaillé d'autres styles musicaux, notamment lors de Masters class- es avec des maîtres tels que Gonzalo Rubalcaba ou encore Jeff Gardener pour le Jazz et le latin jazz.

Il a été le pianiste accompagnateur de la cantatrice Pierra Zamia de 1987 à 1999. Il reçoit en 2001, le prix du Conseil Général en qualité de pianiste.

Enseignant l'orgue et le piano, Jean-Michel Lesdel est actuellement Directeur de l'école de musique du Lamentin.

Michel Mado : Baie-Mahault
Pianiste, compositeur.
"Avec sa Dédicace, Michel Mado nous offre à la fois un tal- ent original et une conception nouvelle de la musique antil- laise. C'est tout un univers qu'il explore avec la conviction que la culture afro-américaine, dans sa diversité (biguine, jazz, zouk, gwo ka, bossa nova) entrelace culture et histoire dans une expression riche de tous les métissages. On comprend alors l'évidence de sa rythmique et la poétique de ses chansons. Elles exaltent la Guadeloupe. Elles réveillent les ancêtres. Toujours la filiation est au cœur de son inspiration de fils fidèle et rebelle. Auteur-compositeur, pianiste, refusant les concessions des modes faciles et parfois stériles, Michel Mado va du côté des étoiles pour agrandir le ciel de nos mondes intérieurs et donner à la création musicale la beauté d'un poème. Et c'est finalement de cela qu'il est question de la beauté suprême de la Guadeloupe dans son convoi caribéen. Ecoutez, écoutez, Dédicace c'est un voyage des mille et une musiques !" Ernest Pépin

Didier Bride : Baie Mahault.
Pianiste et organiste guadeloupéen, autodidacte.

Il débute le piano à l'age de six ans. Musicien de pianos-bars à ses débuts, il accom- pagne de nombreux artistes de la diaspora Zouk tels que Dominique Bernier, Gilles Floro, Catherine Thélamon mais aussi d'autres musiciens dans le répertoire jazz, musique latine tels que Charly Chomereau-Lamotte, Ronald Baker, Franck Curier, Alex Perdigon.

Il s'inspire de pianistes comme Oscar Peterson, Papo Luca, Alain Jean-Marie. Son style provient de toutes les musiques en y ajoutant suivant son humeur une touche de jazz ou de Salsa. Il utilise beau- coup depuis quelques temps le Gospel dans ses compositions et accompagne une chorale.

Didier affectionne particulièrement le piano acoustique ainsi que l'orgue Hammond B3 qu'il associe souvent à ses compositions et ses prestations.

Il accorde aussi une large part à l'électron- ique qui vient enrichir sa palette sonore.

Actuellement il est l'un des pianistes du groupe Dissonance et poursuit une carriere allant du piano solo au quintet suivant les circonstances.

Jocelyn Marboeuf : Les Abymes
Pianiste, interprète, sideman, né à Pointe-à-Pitre le 17 juillet 1969.
De formation autodidacte, Jocelyn commence le piano à la Maison des Jeunes des Abymes sur les conseils avisés de Patrice Mézance.

Il s'instruit en recherchant des "plans" dans des bouquins, et par l'écoute de disques.

Il commence les premiers concerts au sein d'une formation créée avec des copains de l'époque. Le choix de la professionnalisation s'impose au fil du temps. De part son acharnement au travail et à sa persévérance, il acquiert ses premières bases de l'harmonie et de la technique pianistique.

A ce moment, il s'attaque à tous les répertoires et les styles les plus variés, Zouk, Biguine, St Jean, Gwoka Moderne, Jazz, Variété...

La musique lui a permis de voyager en Martinique au festival de l'Académie de la

Biguine, à San Juan lors d'échanges culturels, à Montbeliard.

Alain Jean Marie reste une de ses références au même titre que Thélonious Monk. Il accompagne plusieurs formations locales.

Sans négliger sa diversité, son style de prédilection demeure la biguine.

Son répertoire comprend des compositions et des interprétations, mais son approche de la musique est davantage orientée vers l'arrangement que vers la composition à proprement parler.

Vous aimez